Blocage complet devant un examen

Blocage complet devant un examen

(garçon de 12 ans)

(L’accouchement équivaut symboliquement un examen de passage en biologie totale)

l’exemple de Julien, 12 ans, en 6e année, qui est le fils d’une amie:

Sylvie qui décrit le comportement de Julien:

«Julien a fait quelques crises durant l’année scolaire. Le soir du 16 mars (3ième crise), il s’est mis à capoter pour l’école, il avait peur d’avoir oublié quelque chose, une grosse crise de panique. Le 17 mars, il a pleuré ainsi que le mardi et mercredi. Julien a peur de ne pas pouvoir être autonome, il a peur de toujours avoir besoin de nous.»

«J’ai remarqué que Julien ne cesse de penser à nous pendant ses crises. Il a l’impression continuelle de nous prendre notre temps lorsqu’on écoute ses problèmes. À travers ses problèmes, il pense à nos problèmes…c’est bien spécial…»

 «Les examens du ministère débutaient le 26 mai. Durant la semaine qui précédait cette date, Julien m’avait beaucoup parlé de ses examens. Donc, ce fameux 26 mai vers 16:10 h, je vais chercher Julien à l’aréna comme à tous les soirs. Pas de Julien, les enfants m’apprennent que Julien est demeuré à l’école pour terminer son examen. Je me suis dit: ça se peut pas! Mais je ne savais pas où était Julien!!! Harold, le professeur de sport-étude m’a suivie à l’école. En route, j’ai téléphoné à Steve (son mari)qui m’a confirmé que Julien était bien à l’école et que la directrice ne comprenait pas ce qui se passait!! Arrivée à l’école, je trouve Julien en décomposition assis sur une chaise. La directrice me fait des signes de venir la voir. Elle est sidérée par la situation. Elle ne comprend pas ce qui est arrivé à Julien. Il a passé la journée devant son examen assis sur une chaise, sans dîner, tout seul dans sa classe. Et lorsqu’il est descendu seul de sa classe, c’était incohérent lorsqu’il parlait. Le concierge l’avait vu, mais il croyait que c’était normal. Il est en examen. Personne ne s’est aperçu de son état. Le soir, Luc, son professeur, a dit à Steve qu’il «était scié en deux». Il dit qu’il fonctionne toujours de la même façon: 11:40h, ils sortent tous de la classe pour aller dîner et puis quelqu’un s’occupe d’eux pour retourner dans la classe chercher leur sac. La personne s’est dit que c’était normal que Julien finisse son examen. C’est ce que Julien a dit.

Julien est resté devant son examen sans écrire un mot, toute la journée, assis sur une chaise! Mardi matin, le 27 mai, il est retourné à l’école. À 10:00 h. Steve est allé le chercher car il n’avait réussi qu’à écrire son nom après une heure d’examen.»

L’histoire qu’elle me raconte sur la naissance de Julien, son fils:

«J’ai offert ma souffrance, lors de l’accouchement pour élever la conscience, car la guerre a été déclarée la veille, le 17 janvier 1991, par Saddam Hussein, et j’ai accouché le 18 janvier, le lendemain…J’étais en pré- éclampsie avec du sulfate de magnésium pour réduire ma pression et Julien est sorti avec des forceps (qui donnent mal à la tête pendant 24h).»

Julien a eu besoin de forceps pour sortir, pour venir au monde. À mon avis, cela explique pourquoi Julien dit avoir peur d’avoir toujours besoin de ses parents. Il n’a pas su venir au monde sans aide. De plus, Sylvie a lancé un programme inconscient à son fils en offrant sa souffrance pour faire augmenter la conscience de la terre, c’est pourquoi Julien est exagérément préoccupé par la souffrance de ses parents malgré ses propres souffrances.

Mais, le plus important, est que l’accouchement n’allait pas, Sylvie était en pré-éclampsie. L’enfant a eu besoin de forceps, il n’a donc pas bien réussi son premier examen de sa vie (symboliquement bien sûr). Alors pour moi, à cet instant précis, cette mémoire s’est automatiquement superposée à sa réalité et Julien a paralysé, et, comme à sa naissance, il a eu besoin d’aide. C’est à ce moment que j’ai rencontré Julien afin de pouvoir reprogrammer son cerveau.

Commentaires de Sylvie suite à cette rencontre:

«Suite à la rencontre avec Marie-Danielle le samedi 31 mai, Julien a eu une série d’examens à partir du 2 Juin. Le lundi 2 juin, Julien n’a pas bloqué mais il a pleuré. Donc, le soir même, il a rencontré de nouveau Marie-Danielle. Par la suite, il a été capable de poursuivre sa série d’examens.»

A propos balthazardmaried

L'autre c'est moi!
Cet article a été publié dans Témoignage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s