Empreinte de la naissance

Empreinte de la période de la naissance

 Pourquoi mon enfant souffre? Pourquoi je répète sans les mêmes comportements, je revis les mêmes situations désagréables? Dois-je accepter? Dois-je croire au sort du destin? Subir l’injustice et même croire que le monde est cruel, ou dois-je tenter de trouver un sens à ces événements?

La théorie de Marc Fréchet qu’il a nommé « LE PROJET-SENS » et qui décrit la période de la naissance comme étant la période qui donnera un sens à notre vie entière. Ensuite Jean-Philippe Brebion, auteur du libre : « L’empreinte de la naissance » reprend aussi la période situé plus ou moins 9 mois à un an avant la conception jusqu’à plus ou moins 9mois et un an après la naissance comme étant la période que chaque être répètera les mêmes scénarios de 3ans en 3ans.

Premièrement, comment Marc Fréchet élabore sa théorie ?

« Pour toute chose, il y a d’abord, une phase immatérielle, puis une phase matérielle. Et pour toute chose, il y a d’abord un projet, puis un sens.

Le projet de la chose est contenu dans la phase immatérielle.

Le sens de la chose s’exprime dans la phase matérielle. »

C’est le sens de la chose qui crée la chose. Exemple, pour la lampe, c’est la fonction «faire la lumière» qui crée la lampe. C’est parce que l’on a besoin de la lumière que l’on a créé la lampe. Toute chose est  porteuse d’un projet et exprime un sens. Et cela vaut pour un bébé. Le nouveau-né passera donc par une phase immatérielle, un projet conscient ou inconscient dans l’esprit de ses créateurs, ses parents. Ensuite, il passera par la phase matérielle, la  chose vivante chargée d’un sens, d’une mission qu’il va exprimer toute sa vie. Le projet de chaque enfant est souvent issu de l’histoire inconsciente ou cachée de sa famille.

Les projets sont à 999/1000 inconscients. Pour Marc Fréchette, la période du projet-sens couvre la période allant du début de l’intention d’avoir un bébé jusqu’à l’anniversaire d’environ un an. Donc, toutes les influences possibles, de tous les vécus, de tous les ressentis des parents principalement (mais du clan aussi) pendant cette période auront un effet sur notre comportement et maladie actuel.

Donc, le moment où on aimerait avoir un enfant représente la phase immatérielle, le projet : les pensées, les actes, les ressentis des parents seront projetés sur le futur enfant. Le moment de la conception est aussi point d’encrage fondamentale: les pensées, les actes, les ressentis des parents seront projetés sur le futur enfant.

Par exemple, un couple se dispute, puis se réconcilie en copulant : un enfant viendra au monde: Bonjour, l’enfant «ciment». Le ciment prend (vie) quand il est froid, donc l’enfant ne cessera inconsciemment au cours de sa vie de se placer en situation de danger de mort (froid). Le cerveau fait toujours des liens, dans tous les sens symboliques. Consultez le livre « le langage des oiseaux», c’est fascinant!

Voici un autre exemple tiré de mon vécu :

J’ai conçu mon second fils en me disant : « il faudrait bien un bébé pour qu’il tienne compagnie à mon fils aîné ». Alors, très jeune, il  répondait à toutes les demandes de son grand frère. Celui-ci comprit rapidement la tendance de son petit frère à lui faire plaisir, et l’orgueil aidant, l’aîné prit plaisir à le faire souffrir. Il le manipulait et de nombreux conflits augmentaient à mesure que le plus jeune vieillissait. Il ne comprenait pas pourquoi son grand frère était devenu si méchant avec lui et pourquoi c’était toujours plus fort que lui de lui pardonner et de continuer à le servir. C’est sur! C’était son programme!

Jusqu’au jour où ayant suivi un cours en biologie totale, j’ai pris conscience du programme que j’avais inconsciemment induit dans le cerveau du cadet, je lui ai tout dit, et à l’instant, son cerveau a déclenché une migraine, une phase de réparation. Pourquoi une migraine? Parce que la majorité du temps, la façon dont son grand frère abusait de lui pour obtenir ce qu’il voulait était par la dévalorisation intellectuelle. À partir de ce jour, ce fut la fin des conflits et des manipulations de ce type.

Karl-Gustav Jung disait : «Tout ce qui ne parvient pas à la conscience revient un jour en destin»

 De même, la période de la gestation; les pensées, les actes, les ressentis des parents seront projetés sur le futur enfant. Le ou les conflits psychologiques des parents deviennent le «manifesté» de l’enfant.

Exemple : Une mère est enceinte et elle voudrait quitter le père du bébé. Mais celui-ci menace de se suicider, si elle part. Alors elle reste, elle se sent retenue à la maison. L’enfant aura donc des problèmes avec les retenues.

Deuxièmement, la Biologie Totale :

Le cerveau, centrale de commande pour essentiellement la survie du corps.

On compare souvent le fonctionnement de l’ordinateur au cerveau. Ils peuvent alors être considérés comme des génies. Par contre, une simple petite information, un détail  mal situer peut provoquer des bogues monstrueux, alors on le considère bien stupide.

A chaque instant le cerveau est informé sur ce qui se passe autour de nous et EN nous. Ces informations sont traitées et classés par date. Il compare essentiellement les informations du moment présent avec les dates enregistrées dans le passé (CBCM les cycles biologiques cellulaires mémorisés, un outil de compréhension du fonctionnement du fonctionnement en biologie totale).

Ensuite, il sort la meilleur réponse de survie, la meilleur réaction ou comportement en rapport avec la situation rencontrée, et ce même si nous jugeons cette réponse comme souffrante.

Le cerveau ne commet jamais d’erreur même si le symptôme de solution nous apparaît embêtant, gênant et souvent difficile à comprendre. Par exemple, si un enfant a des problèmes scolaires, ce n’est pas parce qu’il est moins intelligent, ce n’est pas parce qu’il est moins doués… C’est parce qu’il a un programme, une information du passé (mal placé dans le présent, et qui bogue!) qui lui impose de fonctionner de cette manière là. Le cerveau a ses raisons précises pour déclencher et entretenir ce dysfonctionnement. Il a été programmé comme cela. Dès que le présent évoque une expérience du passé non résolue (c’est-à-dire avec une charge émotionnelle non-réglé), le cerveau va en tenir compte et trouvera la meilleure réponse ou la meilleure solution pour sa survie.

IL S’AGIT DONC TROUVER L’INFORMATION (LE PROGRAMME) QUI DONNE UN SENS ET QUI EXPLIQUE LE PROBLÈME SCOLAIRE OU COMPORTEMENTAL.

Il difficile de comprendre comment le cerveau non encore fabriquer puisse enregistrer tout ce qui se passe, et ce, dès sa conception. Même si la science ne peut prouver encore ce phénomène, cela n’empêche pas que c’est la réalité. Certaines études commencent à démontrer qu’il existerait un champ électromagnétique qui serait en fait le  vrai support de la mémoire. En physique quantique, il est maintenant démontré que le cerveau fonctionne de façon holographique ( référence : vidéos de Jean-Jacques Crèvecœur), ce qui lui permet d’accéder à une mémoire beaucoup plus gigantesque que l’on croit.

Alors, l’enfant enregistre tout ce qui se passe pendant qu’il est conçu, porté, et né. Plus précisément, il enregistre tout ce qui se passe, dans la tête et dans le corps de ses parents, tout ce que ses parents ressentent, pensent, disent, voient, entendent ou font, tout ce qui les intéresse, tout ce qui les énerve, tout ce qui les stress, tout ce qui les fracasse…. Les enfants vont prendre au pied de la lettre les propositions qui lui sont faites, alors que les parents en général sont dans l’inconscient le plus totale.

Le cerveau restera bloquer sur les moments (les informations négatives) ou le cerveau était sous stress même si cela a duré 10 secondes.

Il m’apparait important de souligner qu’il n’est pas rare de voir que ce concept déclenche chez beaucoup de parents de la culpabilité, ou le sentiment d’être victime de la vie. Il est tout a fait inutile de s’enfoncer dans ce genre de pensée, il n’y a que la logique biologique (stratégie de survie) qui s’expriment. Il ne faut pas culpabiliser car les parents ne font pas« exprès ». Nous voulons tous des enfants, beaux, grands et intelligeant. Si le conscient programmait, nous serions tous en santé, riche et heureux. C’est bien la preuve que l’inconscient pilote notre vie.

 Pour décoder un problème scolaire ou comportemental de toutes personnes, il s’agit d’identifier la situation du passé avec l’émotion qui y a été associée qui « obligent » le cerveau à déclencher le comportant observé (non-désiré). Donc, tout ce qui est vécu par les parents avant et pendant la grossesse (et surtout la manière dont ils vivent émotionnellement les événements de leurs vies) va donner un sens (une direction) à la vie de l’enfant. Il y a 3 moments particulièrement importants durant la phase d’imprégnation : la conception, le moment où l’on apprend que l’enfant existe  et la naissance.

La conception :

Les conditions dans lesquelles l’enfant a été conçu ont été enregistrées (programmées, retenues) comme étant les conditions dans les quelles l’enfant EXISTE (a pu exister). A partir de ce moment, il faudra les respecter rigoureusement. Dès que l’enfant (ou l’enfant devenu adulte) vit une situation stressante qui met son existence en danger, son cerveau va rejouer les mêmes scénarios et conditions de la conception comme si ces conditions-là étaient susceptible d’assurer son existence maintenant.

L’école est toujours en rapport avec l’existence future, c’est la profession qui va permettre de gagner de l’argent.

Si on n’est pas conçus, on n’existe pas!

Les questions qui nous devons nous poser sont :

1-Qu’est ce qu’il a fallu pour que l’enfant soit là!

2-Quelle était les conditions nécessaires pour que les parents décident qu’il y ait conception de l’enfant.

3- Quel est le plus grand stress des parents vécus autour de ce moment.

Le moment où l’on apprend que l’enfant existe

Si la grossesse pose un problème et le fœtus ne peut continuer à se développer que dans  certaines conditions, celles-là seront retenues également. Se sera les conditions qui lui permettront de subsister (malgré les difficultés rencontrés)

L’accouchement :

Les conditions dans lesquelles l’enfant est né seront enregistrées comme étant les circonstances nécessaires à sa vie. Si l’enfant (l’adulte) va être confronté à la mort, le cerveau tentera rejouer les mêmes scénarios et circonstances de la naissance comme pour s’assurer d’être en vie (la naissance étant le contraire de la mort)

Comme la naissance correspond aussi à une première autonomie importante, la personne va « s’en souvenir » quand il s’agira d’atteindre une autre autonomie par exemple celle de quitter ses parents.

Au moment de la naissance, selon son  déroulement, le nouveau-né aura un impact sur sa réussite scolaire et professionnelle. La naissance est symboliquement pour le cerveau l’examen final, le test final. En d’autres mots, La naissance est le résultat final de 9 mois de travail (symboliquement toujours).

Toutes les pensées, les actions, le déroulement de la grossesse auront un impact sur la vie de l’individu, sa réussite scolaire ou son travail. La personne peut avoir de la difficulté à passer ses examens ou un test de promotion ou une quelconque activité qui pourrait lui permettre d’accéder à un autre niveau si sa naissance a été difficile.

A propos balthazardmaried

L'autre c'est moi!
Cet article a été publié dans Déprogrammation biologique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s